Wednesday, March 30, 2011

La mission sauver son ordi

Nouvelle rubrique pour une nouvelle expérience

J'ai assisté avec horreur la semaine dernière à la mort subite de mon bébé laptop.


En galère de quelconque logiciel, je me suis rendue dans mon ptit village bobo où j'avais découvert il y a quelques semaines une petite boutique spécialisée dans le matériel pour ordi (Mikey's hook up situé 88 N 6th St between Bedford Ave & Berry St)

Sauf que celle-ci ne répare que les macs, Un peu de la discrimination tout ça, et pas très utile dans mon cas mais comme les geeks sont tous amis visiblement, ils m'ont donné cette adresse que je conseille grandement: http://www.littlelaptopshop.com/
7 Clinton St dans le sud d'East Village donc, sortez 2nd Ave vers Allen St, c'est à quelques blocs à peine

 Et là, le rêve : Super accueil, un service rapide et efficace (moins de 24h dans mon cas, plus aucune application ne se lançait sur mon ordi), des prix raisonnables allant de $39 a $99 suivant la gravité des dégats.

Ces gens sont des amoureux des ordis, aucun risque, la preuve je retrouve la joie de poster ce message special dedicace à la meilleure boutique de reparation d'ordi de ny, si c'est pas beau la vie

Tuesday, March 22, 2011

Adjugé, vendu!

Une belle découverte aujourd'hui : la maison des ventes aux enchères Christie's.

Les expositions y sont ouvertes au public toute la journée de 10h à 17h et les ventes ont en général lieu à 10h et 14h. N'hésitez pas, poussez la porte de ce lieu mythique situé 20 Rockefeller Plaza.

Fondée en 1766 par James Christie, Christie's tenait une place de leader parmi les ventes aux enchères des XVIII, XIX et XXème siècles, et reste encore aujourd'hui un lieu unique et reconnu de tous les amateurs et professionnels de l'art. Christie’s s'est déployé dans 32 pays et possèdent 10 salles de ventes accessibles du monde entier grâce à son propre service de connection temps réel Christie's LIVE™.

Tous les domaines sont représentées: arts anciens, arts décoratifs, bijoux, photos, collections privées, vins et tant d'autres. Les prix vont essentiellement de $200 à plus de $80 million.

Un petit extrait des ventes à venir:
- Russian Art -- expo April 9-April 13 -- vente April 13 at 10 am & 2 pm
- European Decorative Arts -- expo April 9-April 15 -- vente April 15 at 10 am
- Impressionist -- expo April 29-May 4 -- vente May 4 at 7 pm
- American Paintings -- expo May 14-May 17 -- vente May 18 at 10 am & 2 pm
- Watches June -- expo June 11-June 14 -- vente june 15 at 10 m & 2 pm

Vous y découvrirez en ce moment et jusqu'au 26 mars une magnifique exposition consacrée à l'art asiatique dans toute sa splendeur.




Monday, March 21, 2011

Glou glou


Encore un de ces éléments tellement typiques du paysage New Yorkais : les fameuses citernes d'eau sur les toits. Pourquoi, Quand, Comment? c'est tout simple!

Quand : Ces citernes sont apparues au mileu du XIXème siècle lorsque les immeubles ont commencé à dépasser 6 étages.

Pourquoi : Ce système d'alimentation est telle qu'il dispose d'une pression suffisante pour les hauts immeubles.

Comment: Tout d'abord, l'eau est rapatriée jusqu'en ville grâce à des aqueducs depuis les bassins comme le célèbre bassin de Central Park. Puis à l'aide de pompes à eau, l'eau est propulsée jusqu'en haut des cuves pour remplir les citernes. Elle est ensuite redistribuée dans les habitations selon le principe des vases communicants.

Près de 15000 citernes habillent le paysage urbains d'un bout à l'autre de la ville.

Sunday, March 20, 2011

Happy Pourim in Brooklyn

Comme si la règle voulait qu'il ne se passe pas un jour sans surprise à New York, j'ai aujourd'hui eu le plaisir de croiser des tas de petits déguisés en princesse, policier, superman, mickey, maya l'abeille et tout autre costume aussi funs les uns que les autres. Musique festoyante à tous les coins de rues, défilés de couleurs et de tissus, un festival de gâteaux et pâtisseries, distribution de cadeaux, la communauté juive hassidique du quartier a fêté Pourim comme il se doit.
 

Cette fête célèbre le courage et le sacrifice d'Esther et de son oncle Mordechai.

L'histoire raconte que le roi de Perse, Assuérus, venait de perdre sa femme et devait trouver une nouvelle épouse. Pendant ce temps, Haman, son ministre préparait un terrible coup pour se débarrasser du peuple juif vivant dans les 12è provinces du royaume.Voyant une opportunité de sauver son peuple de la tyrannie de ce ministre, Esther choisit de se présenter au roi en le conviant à un banquet. Celui-ci a accepté et lors du second festin a demandé les raisons de l'invitation. Elle lui révéla alors son appartenance à la communauté juive, qu'elle avait préférer cacher au roi, et la véritable nature de Haman qui avait tiré au sort la date à laquelle l'exécution du peuple aurait lieu. Prenant connaissance de tout cela, le roi fit finalement exécuter Haman sur la potence qu'il avait lui-même fait ériger et le peuple juif fut alors sauvé et connu la paix dans le royaume de Perse. Et Mordechaï est ainsi devenu vice-roi.

La fête de Pourim doit ainsi son nom au tirage au sort (pour en hébreu) selon lequel les Juifs étaient exécutés. Depuis, la tradition veut que tous se déguisent le jour de cette fête pour marquer cet inversement des rôles.



L’italie dans votre assiette


Je crois que c’est indéniable, une grande majorité des meilleurs restaurants du monde sont à New York. Sur tous les aspects accueil, bon goût, beauté du lieu, ambiance, de nombreux restaurants sortent du lot. C’est le cas de notre escale du jour : Gnocco, un délicieux petit restaurant italien situé en plein coeur d'East Village, juste a côté du Barber Shop.
Décidément j’adore cette rue !
A l’entrée le pizzaiolo assure le spectacle en faisant tournoyer la pâte tel un chef.
De véritables pizzas à la façon italienne, pâte ultra fine, on ne lésine pas sur les ingrédients frais et variés, des vins de grande qualité, de nombreux autres plats typiques cuisinés par de vrais italiens.  Pour couronner le tout, le lieu est plus qu’agréable, une vraie bouffée d’air frais à travers une décoration minimaliste et verdoyante.

Parfait pour un diner entre amis, en amoureux, en famille ou même entre collègues, tout le monde y trouvera son bonheur en fait !

How I met my new friends


Par un pluvieux après midi du mois de mars, en chemin pour une séance de cinéma entre filles, la belle se retrouva coincée, le métro ne voulant plus avancer. Elle décida de sortir de cet odieux labyrinthe sous-terrain et d’attendre un taxi. 

La pluie tombait de plus belle, le vent emportait tout, papiers, journaux, parapluies, quel chaos. Soudain, une voiture jaune s’arrêta enfin. Deux silhouettes venues de nulle part se faufilèrent à l’intérieur avant même qu’elle n’ait pu faire un pas. “Hey, that’s not fair, I’ve been waiting here for a while before you guys!” pas contente du tout, la belle. “Oh, oh I’m so sorry, well where are you going?” dit-il trempé comme une plume. “West 4 St” répondit-elle énervée à souhait. “Ok, All right, no problem, come with us, we’ll make a special stop for you”.  
Ni une ni deux, pas le temps de réfléchir, la voilà embarquée dans un taxi entourée de deux inconnus plutôt charmants remarqua-t-elle discrètement en redonnant l’adresse au chauffeur. « Hey are you French ?» la questionne son voisin au sourire ravageur. « Oh holly shit, have you recognized my accent, really? »  And that’s how they started speaking French and kept on all the way long. West 4 St arriva bien trop tôt mais le New Yorkais fut futé, il lui demanda son numéro de la façon la plus naturelle du monde et elle lui laissa le plus innocemment du monde mais sans grand espoir que l’un de ces deux la rappelle puisque tout le monde l’eut prévenu bien assez : ici dans la ville où tout défile à toute allure, l’on se parle et l’on s’oublie aussi vite qu’une averse un après-midi.
 
Et pourtant, la belle a tenté un message, le beau lui a répondu, ils se sont revus, ils ont prévu de se revoir et il semblerait bien qu’ils vont devenir bons amis, en tout cas on leur souhaite, rien que pour remercier ce beau hasard qu'est la vie.

Le pays de l’automédication


Contrairement à la France où beaucoup court chez le médecin pour le moindre petit bobo, dans ce pays où cette démarche peut parfois vous ruiner, il s’avère est que tout est accessible pour se soigner tout seul comme un grand.
Bien ou mal je ne sais pas mais en tout cas, terrassée par une espèce de grippe depuis 2 jours,  j’ai pu tester quelques médicaments made in US.

Le truc de fou c’est qu’on les achète dans les rayons comme si on achetait son dentifrice. A New York, impossible d’éviter un Duane Reade, cette chaine de pharmacie/épicerie ouverte quasi 24/24 7/7 où l'on trouve des médicaments mais aussi des cigarettes, de la bière, à manger, du savon, bref tout et n'importe quoi dont vous pourriez avoir besoin. 

Il existe certes quelques pharmacies traditionnelles qui essaient de survivre mais nos chers New Yorkais semblent très attachés à leurs Duane Reade. Je suis moi-même fan, je l’avoue, j’ai même la carte de fidélité qui donnent des réductions sur des tas de produits, vive la consommation !

Pour la toux, grippe, maux de gorge, courbatures, le must est Tylenol, pas n’importe lequel, prenez le « extra strength rapide release » avec les petites gélules bleues et rouges, à raison de 2 gélules touts les 4 /6 heures c’est top. Attention pas plus, faut pas se droguer non plus!
Pour les maux de tête, l’incontournable Advil, à peu près equivalent à nos Doliprane
Pour les autres maladies, je n’ai heureusement pas encore eu l’occasion de tester mais impossible de ne pas trouver son bonheur chez Duane Reade. 

De toute façon, il y a toujours le rayon tablette de chocolat pour soigner tous les maux.

Friday, March 18, 2011

Yummy Koreatown

Envie de changer un peu du sushi, burger, mexicain, pourquoi ne pas tester un resto coréen!
En avant pour K-town!

Situé entre 31st and 36th Street et 5th and 6th Avenue, ce quartier vous offre pléthore de restaurants, épiceries, bar karaoké et autres spas & massages.
On est loin du côté touristique et bouillonnant de Chinatown, ici on peut trainasser, rêvasser, planter des choux à la mode de chez nous.

Vous ne devrez pas louper un de ces délicieux restaurants sur 32st Street où je vous conseille de tester les fameuses spécialités telles que les barbecues coréens, le bibimbap (riz sauté avec des légumes, des pousses de soja, le tout agrémenté de sauce chili et d'oeufs brouillés et préparé devant vous) et faire votre pleins de légumes.

Quelques bonnes adresses:

Kum Gang San, 49 W. 32nd St. : Pas forcément un des moins chers mais le choix y est impressionnant. Ce grand restaurant sur 2 étages est un des plus ancien du quartiers et ses produits sont réputés pour être de très bonne qualité. En plus, vous aurez droit à une madame qui joue de la musique coréenne en live en haut de la montagne (Kum Gan San étant connue comme étant la plus belle montagne de toute la Corée).

Shanghai Mong, 30 W. 32nd St. : Super rapport qualité/prix pour ce petit lieu chino-corréen spécialisé dans le noodle genre Jajan Myun, Jjam Bong, miam miam!

Gahm Mi Oak, 43 W. 32nd St: Le lieu idéal pour les soirées bien arrosés où il faut se nourrir pour enchainer jusqu'au petit matin.

Pour ce qui est du reste, dessert, glaces, bubble tea et autres fantaisies, je vous laisse explorer par vous même,vous ne serez pas déçus.

Thursday, March 17, 2011

Bande de chinois

Drôle de va et vient à l'Apple Store sur la 5th avenue...
Munis de liasses de billets de $100, des tas de chinois se relaient pour s'arracher l'iPad 2 qu'ils achètent $829 et revendront jusqu'à $2000 au marché noir en Chine.

Wednesday, March 16, 2011

Le mystère du 13ème étage

Amis de la superstition, vous allez sûrement aimer le fait qu'ici on trouve très rarement de 13ème étage. L'étage suivant le 12 porte ainsi la plupart du temps le numéro 14.
Mince je viens de remarquer en écrivant cet article que je suis au 13ème étage au bureau et ce dernier par contre est bel et bien indiqué, faut-il que je m'inquiète?

Un éclair au chocolat svp

Vous allez dire que je parle souvent de nourriture sur ce blog, je vous répondrai c'est pas faux.
En même temps, c'est important de bien manger, mon papou me le répète à chaque fois au téléphone et moi j'écoute mon papou!

Et pour cela, je suis en quête du must dans chaque catégorie. Aujourd'hui la patisserie.

On peut pas dire que les américains soient très fins en la matière avec leurs gateaux énormes, pleins de crèmes et de glaçages, tout à fait écœurants. Non encore une fois, je pense qu'il n'y a pas mieux que la France dans ce domaine et pour mon plus grand bonheur et celui de tous les New Yorkais, deux grands chefs se sont réunis pour ouvrir une pâtisserie française en 2002: Financier http://www.financierpastries.com/index.cfm



Un délice autant pour les yeux que l'estomac et on y trouve du sucré comme du salé (quiche, tartes, salades).
Il y a déjà 9 boutiques disséminés un peu partout dans Manhattan,un beau succès!

Où sont les yahourts!

Si il y a bien quelque chose qui me manque ici, hormis les personnes qui me sont chères, ce sont les yahourts!!!

Argh, j'ai beau tester tout ce qui est proposé, il n'y a rien à y faire, je rêve de retrouver le goût d'un Activia avec coulis de framboise, un Perle de lait à la noix de coco, un Taillefine goût tarte citron meringuée, un gateau de riz la Laitière, un Mamie Nova yahourt gourmand au kiwi, miam...


Je cherche encore, pour l'instant je n'ai rien trouvé d'exceptionnel.
Peut-être le Liberté Méditerranée dont j'ai un bon souvenir, ça doit être à cause de son ptit nom !

Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière

Récemment, je me suis demandée si Mardi Gras signifiait un jour où mangeait bien gras et où on faisait la fête.
  Et bien à ma grande surprise, j'y étais presque.

En fait, ce jour représente la fin d'une période festive: les "sept jours gras" avant l'entrée dans le Carême pendqnt laquelle les chrétien mange plus "maigre".
L'étymologie du mot carnaval (célébrant Mardi Gras) dérive d'ailleurs du latin médiéval "carnelevare" signifiant "enlever, retirer la chair" puisque la tradition veut que l'on s'abstienne de viande pendant tout le carême.

Ici on entend parler du Pancake Tuesday où plusieurs églises et commerçants offrent des petits-déjeuners ou dîners de pancakes.

Vient ensuite le mercredi des cendres qui marque le début du Carême. Cette journée de pénitence est très suivie ici puisque l'on peut croiser beaucoup de gens avec une croix en cendres sur le front (chose que je n'avais jamais vue en France et qui pourtant apparait bien comme une tradition catholique). Cette croix est tracée par le prêtre pendant la messe en prononçant ce verset de la Génèse "Homme, souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière".



On sent que New-York est une ville très ouverte et libre d'un point de vue religion. Loin du débat du voile intégrale & co, ici chacun affiche sa religion comme il le souhaite et personne ne viendra vous embêter.
Au contraire, c'est un atout de pouvoir discuter tout au log de la journée avec ces personnes ayant cette croix sur le front puisqu'elles vous apprendront qu'elles doivent également pendant cette période renoncer à quelque chose qui leur est chère. Pas forcément de la nourriture donc.
Une de mes collègues hésitait entre facebook et le chocolat.
Une manière comme une autre de se détacher des choses matérielles et futiles et de se rapprocher de Dieu.

Monday, March 14, 2011

Ces fameux bars en sous-sol

Il n’y a pas a dire, cette ville a vraiment du cachet.

Un vieil escalier en fer, une porte déglinguée pleine de graffitis, un long couloir sombre et nous voilà dans un bar ambiance grotte trendy cosy, bienvenu au 675 !
Super bien placé en plein Meatpacking, le quartier préféré des gens riches et beaux, des filles aux talons de plus de 8 cm et des restos/bars tendance. Mieux vaut donc avoir un portefeuille bien garni avant de s’aventurer par ici.
Quoiqu’il en soit, ca vaut le détour. Tout le monde y trouvera son bonheur puisque le 675 vous accueille avec ses cocktails bien alcoolisés, ses bières et tout autre boisson as usual, des ptits starters et même du vin. Tout cela dans une ambiance lounge très agréable : joli mur en pierre, de l’espace, un billard de rêve, des jeux de société disséminés par-ci par là, pleins de fauteuils divers et variés, de la musique sympa et pas trop fort jusque 22h, pour ce qui est du reste à vous de découvrir!

Changement de quartier mais on reste toujours dans le même délire de ces bars pseudos clandestins que l'on prend plaisir à dégoter.Direction Lower East Side cette fois avec ce magnifique lieu où on vous servira votre coktails dans une tasse et votre bière dans un mug. Tout ceci en souvenir de la fameuse époque de la prohibition.Quoi, what, qu'est-ce qu'il se passe, mais bien sûr qu'on boit du thé et des tisanes au Backroom, on a même droit au joli feu de cheminée et la bibliothèque qui cache un passage dérobé!
3ème quartier qui bouge bien et 3ème bar caché sous terre, le Cabin Down Below en plein coeur d'East Village. Attention, ici il faut passer le test du videur à l'entrée car le lieu est plutôt réservé aux habitués et connaisseurs, mieux vaut être accompagnés de locaux donc. Une fois à l'intérieur, on se sent un peu comme à la maison, c'est tout petit, tout mignon et on boit tout ce qu'on veut comme on veut et c'est même moins cher qu'ailleurs!


Ah et bien sûr, comme dans tous les bars, toujours avoir son ID et surtout être accompagné de filles!

Enjoy!